Ils nous font confiance
Confiez-nous votre projet
Opteam intervient à l'échelle internationale !

Les dernières publications d'Opteam
Parole d'experts / Compétences projet / Nouveaux défis des Learning and Development managers

Nouveaux défis des Learning and Development managers

Learning and Development
Dans le contexte d'un marché du travail tendu, l'acquisition et la rétention des talents sont devenues la principale préoccupation des responsables RH et L&D des entreprises américaines et européennes. La logique principale sous-jacente est la suivante : si un RH parvient à  offrir un environnement de travail aux salariés leur permettant de développer leurs compétences et leurs talents, l'entreprise aurait , de ce fait, un employé plus heureux, un employé plus efficace et un employé qui reste.
 
Une enquête du Financial Times (FT) auprès des directeurs de l'apprentissage (CLO) a montré que plus de la moitié s'attendaient à ce que leurs budgets de formation soient plus élevés cette année que l'année dernière. Leurs motivations comprenaient l'acquisition de nouvelles connaissances, ainsi que la rétention des cadres supérieurs - et surtout permettre à ces derniers  de se mélanger à nouveau en personne, hors site, après le télétravail 100% pendant le Covid-19. Autrement dit, les responsables L&D ne devraient pas manquer de ressources en 2022.
 
Le développement du leadership était le domaine le plus fréquemment cité dans lequel ils recherchaient une formation, suivi de la diversité et de l'inclusion, de la transformation numérique, de la gestion du changement, de l'innovation et des compétences numériques. Plus d'un cinquième ont souligné le bien-être, la résilience et la durabilité comme thèmes récurrents.
 
L'enquête FT a montré que de nombreux CLO s'associaient à des consultants individuels, des sociétés de formation et des plateformes en ligne, pour proposer des programmes à leurs dirigeants.
 
 
Patrick Dunne, un consultant avec une expérience variée à but lucratif et à but non lucratif qui offre des formations aux conseils d'administration, affirme que l'appétit pour le perfectionnement continu atteint le sommet des organisations. Même les administrateurs non exécutifs cherchent à bénéficier d'ateliers, de simulations et de conseils entre pairs.
 
"Il y a un changement qui crée un type de leadership très différent qui combine culture, objectif, valeurs et style", déclare Dunne.
 
Il affirme que, dans le passé, les conseils d'administration ont pu demander des comptes à la direction sur la base d'un budget et de plans stratégiques préalablement convenus. En revanche, "le monde moderne est un système de navigation par satellite : vous savez où vous allez, mais le temps peut changer ou il y a des barrages routiers, vous ne savez donc pas comment vous y arriverez. Les administrateurs doivent faire face à l'incertitude et demander des comptes aux dirigeants d'une manière différente.
 

Opportunités et contraintes

Depuis six mois, la montée en compétences est plus que jamais présente dans les entretiens de recrutement. Selon les responsables des ressources humaines de la société de communication basée à New York Caliber Corporate Advisers, "tout le monde pose des questions sur les programmes de mentorat ou sur ce à quoi ressemblent l'apprentissage et le développement dans l'entreprise". S'ils n'existaient pas, les employés s'enfuiraient. Par exemple, l'entreprise a organisé une série de cours de relations publiques pour les employés existants. Et, cette année, elle a élargi le programme pour inclure deux stagiaires diplômés. Ils auront trois mois pour suivre les cours et travailler sur des projets clients avant d'être pris à des postes à temps plein en août.
 
Certaines entreprises ont même commencé à former de nouveaux employés et des personnes qui changent de carrière à des compétences qui, auparavant, auraient été une condition préalable pour obtenir un emploi. Une de telles entreprises est Twilio, une entreprise américaine spécialisée dans les communications unifiées via une plateforme cloud.
 
L'entreprise française Renault maintient son programme de montée en compétence en gestion de projet dans le but d'améliorer les performances de ses chefs de projet et de s'adapter à la « softwarisation » du secteur automobile.
 
Les programmes de mise au niveau (en anglais « upskilling programmes ») ont créé de nouvelles opportunités de carrière pour les travailleurs sans diplômes ou accréditations spécialisés. Selon une étude Gallup de 2021 aux États-Unis, les employés qui y participent augmentent leur salaire annuel en moyenne de 8 000 $ de plus que ceux qui ne le font pas.
 
Mais les prestataires d'apprentissage et de développement avertissent que ces programmes sont encore limités principalement aux personnes ayant au moins une certaine formation ou une expérience professionnelle, ce qui les rend moins efficaces pour réduire les inégalités sociales.
 
Cependant, tous les programmes de perfectionnement ne sont pas axés sur l'acquisition de talents. Certains, comme le programme de la start-up de logiciels Jobber, se concentrent sur la rétention. L'entreprise dispose d'une équipe de coaching et de développement de carrière qui a aidé 154 employés sur 560 à trouver de nouveaux postes en interne depuis 2020.
 
Une façon particulière de perfectionner ou de « recycler » ses employés consiste à les envoyer dans un Bootcamp. Les bootcamps - des cours intensifs pouvant aller jusqu'à 16 semaines - sont particulièrement appréciés des décideurs politiques britanniques désireux de combler les lacunes en matière de compétences qui ont freiné la productivité économique pendant des décennies.
 
Depuis 2020, le Trésor britannique leur a versé plus de 100 millions de livres sterling, pour fournir les compétences les plus demandées, de la gestion de projet et de l'intelligence artificielle à la conduite de camions et à la construction. Les apprenants qui terminent le cours ont la garantie d'un entretien d'embauche.
 
Une partie de l'attrait des camps d'entraînement, disent les partisans, est que leur brièveté signifie que les apprenants n'ont pas à renoncer à leurs salaires ou à mettre leur vie en attente, par rapport à d'autres itinéraires d'apprentissage tout au long de la vie.
 
Cependant, l'évaluation la plus récente du ministère de l'Éducation, publiée au Royaume-Uni en décembre 2021, indique un succès limité des bootcamps, avec un participant sur cinq qui abandonne et seulement 54% de ceux qui ont terminé leur cours obtiennent un nouvel ou un meilleur emploi.
 
Les camps d'entraînement font partie d'un mouvement plus large vers ce que les gouvernements du Royaume-Uni et de l'UE appellent "l'apprentissage modulaire". Son objectif est de déplacer la valeur de l'apprentissage des adultes, loin du diplôme de trois ans , vers des cours plus courts dans des domaines ciblés et spécifiques au travail – en partie en modifiant les règles de financement des étudiants pour permettre aux personnes de financer un plus large éventail de cours en utilisant des prêts.
 
Stefano ColliLanzi, directeur général et fondateur de la société de ressources humaines GI Group Holding, affirme que le marché du travail mondial souffre actuellement d'un "manque mondial" - en termes de talents et d'adéquation des compétences aux emplois - que les méthodes de formation traditionnelles ont du mal à faire face.
 
 
Il se passe quelque chose d'« unique » sur le marché du travail, ajoute-t-il. « La vitesse de cette révolution est beaucoup plus rapide que les systèmes scolaires et la capacité des entreprises à suivre ces tendances. Nous devons changer les acteurs qui sont responsables de ce processus de montée en compétences.
 
Exemples singapouriens et français
 
Dans l’apprentissage continu des adultes un exemple singapourien est particulièrement intéressant. Depuis 2015, le petit pays de l’Asie du Sud-Est gère une initiative d'apprentissage tout au long de la vie appelée SkillsFuture - comme un système cohérent qui ne tourne pas en rond et se concentre sur l'individu.
 
Singapour accorde à tous les jeunes de 25 ans un crédit pour  dépenser au profit  de programmes d'apprentissage professionnel subventionnés par le gouvernement. De même , il offre aux jeunes et aux travailleurs à mi-carrière une orientation professionnelle et des contrôles de compétences, et rassemble toutes les filières d'apprentissage professionnel et universitaire sous le même parapluie afin que les gens puissent facilement passer d'un cours à l'autre.
 
660 000 Singapouriens ont fait appel aux programmes SkillsFuture l'an dernier. En titre de comparaison, 2,25 millions de formations financées par le CPF ont été validées en France en 2021. En faisant quelques extrapolations et en considérant qu'une personne peut suivre plusieurs formations, la France devait compter au moins 8 millions de formations. Même prenant en compte les formations dispensées par les OPCO, le retard de la France par rapport au Singapour est significatif.
 
Le pourcentage d'adultes âgés participant à la formation continue à Singapour est passé de 30 à 48 %, selon un rapport du groupe de campagne WorldSkills. Le professeur Lee Wing On, directeur exécutif de l'Institute for Adult Learning, a déclaré au Straits Times (le principal journal singapourien) que la pandémie a ouvert la voie au perfectionnement et à la reconversion des Singapouriens.
 
La participation au programme SkillsFuture Queen Bee a doublé, passant d'environ 250 entreprises en 2020 à environ 500 en 2021. Dans ce programme, les entreprises participantes peuvent exploiter les compétences et les connaissances des entreprises "Queen Bee" telles que la compagnie d'assurance Prudential pour développer leurs propres travailleurs. Les entreprises participantes peuvent bénéficier d'un accompagnement sous la forme d'un encadrement par un responsable des compétences qui peut les aider à mettre en place des programmes de formation adaptés.
 
Contrairement à Singapour, la plupart des formations en France ne sont pas éligibles au financement du CPF. Les entreprises françaises de formation se plaignent de l'extrême bureaucratie et de la complexité du processus de demande d'éligibilité au CPF. Cela explique en quelque sorte pourquoi les Français utilisent le CPF principalement pour obtenir le permis de conduire ou améliorer leurs capacités linguistiques. En revanche, les compétences transverses qui garantissent le succès de la carrière ne figurent pas dans le top5 de la liste.
 
 
 

 
 
 
 
 
|    Vues: 97





Restez informé

Chaque mois. Les meilleurs histoires. Zero efforts.
   

Je souhaite recevoir la newsletter d'Opteam, et je donne mon accord pour sa politique de confidentialité.


E-LEARNING

Module ‘Cadrage de projet’  E-LEARNING
Gratuit
Pour apprendre à son propre rythme Je profite


Les avantages OPTEAM

Spécialisation Specialisation dans le management de projet avec la maîtrise de principaux référentiels du métier
Adaptabilité Approche spécifique pour chaque entreprise et pour chaque marché
Étendue L’offre la plus large sur le marché sur le management de projet : 99 formations et 10 modes d'intervention
Expertise
Expertise de nos consultants reconnue dans tous les secteurs économiques en France et à l'international
Satisfaction
Taux moyen de satisfaction de nos clients

Être rappelé

Rappel immédiat

Un conseiller d'Opteam se tient à votre disposition et vous rappelle immédiatement et gratuitement.

Téléphone:
Votre Nom & Question: